Bonne résolution ou intention?

Chaque année à partir de fin décembre, c’est la même histoire : les « bonnes résolutions «  pour l’année à venir s’invitent dans les discussions.

Non pas que je nie que pour certains, la  vie serait  sans doute meilleure en faisant  quelques exercices physiques, en se délestant de quelques kilos ou en arrêtant de fumer,  mais ce qui me frappe dans ces vœux pieux, c’est qu’ils consistent bien souvent à se battre contre soi ou du moins à ce qu’on n’aime pas en soi, pour arriver à ce que l’on considérerait comme une meilleure version de nous-même.

C’est un peu déclarer la guerre a une partie de Soi.

Pas très réjouissant …  pas étonnant   qu’avec cet état d’esprit , ces résolutions ne tiennent pas dans le temps.

Et si au lieu d’être contre soi, contre nos mauvaises  habitudes, on commençait à faire quelque chose pour soi ?

Si, au lieu de se déclarer la guerre, on se déclarait plutôt l’amour ?

Si, au lieu d’être notre propre dictateur, on était plutôt notre bienfaiteur ?

On pourrait  remplacer notre  fameuse« bonne  résolution »par une intention.

Se dire qu’on a l’intention de prendre soin de soi,  d’être plus en forme, de se sentir mieux dans sa peau  est  moins dictatorial qu’un «  c’est décidé, demain j’arrête «  (la cigarette, le chocolat…) et à plus de chance de durer dans le temps.

Une hygiène de vie saine est bien plus facile à adopter quand on a envie d’aller bien que quand on s’y force (notre côté rebelle, sans doute… et c’est quand même moins violent que se déclarer la guerre et  de rentrer dans la spirale infernale de la culpabilisation dès le moindre écart qui engendre une baisse de l’estime de soi  (je suis nul/le) qui conduit à reprendre les anciennes habitudes (ça sert à rien / de toutes façons, je suis nul/le).

Et vous, vers quoi avez-vous envie d’aller ?  quelle est votre douce   intention pour les prochains temps ?

 

Valérie Challet

 

Noël

Image

 

 

La fin d’année approche à grands pas.

Si la neige n’a pas encore blanchi le sol, Le froid se fait déjà sentir. Les lumières festives  sont allumées et la frénésie mercantile a déjà commencée : c’est bientôt Noël.

Cette période n’est pas neutre et ne laisse personne indifférent.

Certains d’entre nous adorent cette période qui leur rappelle leur enfance, ce sont les premiers à acheter et à décorer leur sapin. Les préparatifs sont une fête et les rends joyeux.

D’autres vivent cette période avec la nostalgie de ce temps  insouciant de l’enfance qui n’est plus.

Il y a également des personnes qui dépriment chaque année à cette période, Noël  leur rappelant ce qu’ils n’ont pas connu,  ce qu’ils auraient aimé vivre étant enfant. L’image idéalisée de fêtes dans un  d’un foyer chaleureux, aimant, joyeux peut faire beaucoup souffrir quand elle rappelle ce qui a manqué.

Et vous,  qu’est-ce que cette période de Noël vous fait vivre ? Qu’est-ce que ça raconte de votre histoire ?